L'association "Que du Bonn-Eure"

  Une promenade en attelage équestre vous est proposée par l'Association " Que du Bonn-Eure " en partenariat avec le gîte " La Cage Aux Papillons" .

"Ourasi" -ou l'un de ses amis- se fera un plaisir de vous emmener sur des chemins naturels ou les voitures sont interdites...

Vous verrez donc des paysages couleur nature, ou le calme est roi .

Vous pourrez rejoindre des fermes alentours et acheter , pourquoi pas , vos produits fermiers !
Tout est envisageable ..et n'hésitez pas à contacter Christian au 06.19.01.02.43 pour qu'il vous propose des sorties pleines de découvertes...

Ces sorties en attelage équestre vous sont proposées par François ou Christian , en général le week end , et en fonction des disponibilités.
Un attelage doit être constitué d'au moins 4 personnes , avec une participation d'environ 15 euros / personne , alors n'hésitez pas à les appeler pour réserver à l'avance .


Télécharger la fiche, cliquez ici


LES ANDELYS, petite commune de la Haute-Normandie



Un peu d'histoire........

Château Gaillard, son histoire symbole de la puissance des Plantagenêts, Château Gaillard, oeuvre de Richard Coeur de Lion protégeait militairement la Normandie des convoitises de Philippe-Auguste, le roi de France.
Après une construction "éclair" (1197-1198), son histoire est faite de prises et de reprises jusqu'à son démantèlement ordonné par Henri IV.
Pris par Philippe-Auguste à Jean Sans Terre (6 mars 1204), il a servi de prison royale à Marguerite de Bourgogne (1314) et à Charles le Mauvais (1356). Le château servit de lieu d'asile pour le roi Bruce d'Ecosse (1335) et de lieu de torture pour Charles de Melun (1468), Grand-Maître de France.
Durant la guerre de 100 ans, le Duc d'Exeter s'en empare après un siège de 16 mois. La Hire le reprendra en 1431 et il tombera à nouveau sous possession anglaise. 1449 marque la reprise définitive du château par les troupes françaises.
Le dernier siège fut celui de Henri de Navarre, le futur Henri IV. Il en ordonna le démantèlement qui se poursuivit sous Richelieu et Louis XIII. La forteresse servit de carrière et les pierres furent données aux Capucins et aux Pénitents d'Andeli pour restaurer ou reconstruire leurs couvents. Ces pierres servirent également à la construction de la Chartreuse et du château de Gaillon. En 1762, Louis XV cède la forêt d'Andely au Comte d'EU.La famille d'Orléans en hérite et redonne le château à l'Etat. Nous sommes en 1852. Classé Monument Historique en 1862, le château fait l'objet de fouilles archéologiques.
A la fin des années 1980, on opte pour une mise en valeur du lieu.





Il en reste maintenant d'impressionnants vestiges accrochés au piton de la "Roche d'Andely", dominant la courbe du fleuve.
Le Château Gaillard, sa Poésie"Géant à l’inflexible orgueil, surgi des brumes de son glorieux passé, aujourd’hui silencieux sous des siècles d’oubli, il semble inlassablement méditer l’éternité qui s’écoule à ses pieds. Erigé majestueusement à la fin du 12ème siècle sur son promontoire calcaire dominant la Seine, le château de la Roche, rebaptisé avantageusement « Château Gaillard », tout à l’éloge de son légendaire bâtisseur Richard Cœur de Lion, défie l’espace de sa puissance et de sa majesté.
Un an aurait suffi à quelques milliers d’hommes pour creuser ses fossés, araser ses plateformes, excaver les celliers, perforer les quelque 120 mètres des puits, élever ses lourdes murailles ; impressionnants remparts de silex, de tuf et de craie.
Derrière ces murs, Blanche et Marguerite, belles filles de Philippe Le Bel et coupables d’adultère, expièrent leurs fautes : sept ans d’emprisonnement pour Blanche qui finira ses jours dans un couvent ; destin plus tragique pour Marguerite, assassinée sur l’ordre de son « cher et tendre » époux, le roi Louis X dit Le Hutin.
Sombre, merveilleux et surprenant moyen âge où la générosité de cœur y côtoie en permanence la plus ignominieuse barbarie. Gisant de pierre à la suprématie maintes fois contestée, Château Gaillard succomba pour la première fois sous les assauts déterminés des soldats de Philippe Auguste, qui lui feront subir un long siège hivernal, de l’automne 1 203 au printemps 1 204.
Entrés en force en sapant la tour principale de la barbacane, les assaillants utilisèrent la ruse pour se rendre maître de la basse-cour.
Pris et perdu, repris et reperdu, c’est ce chemin chaotique qui fut le sien tout au long de la guerre de cent ans.
Usé, vieilli, rendu inutile par la disparition du duché de Normandie, l’apparition de l’artillerie scellera son abandon.
Pour y déloger les brigands qui occupaient les lieux, Henri IV et Louis XIII vont organiser son démantèlement.
Un temps protégé des pics des démolisseurs, l’imposant donjon ne résistera pas longtemps à la fureur destructrice de Richelieu qui le fera écrêter sur un bon tiers de sa hauteur. Arrachées à ses flancs, témoins muets de son agonie, les pierres du château disparurent anonymement dans la restauration des abbayes, dans les fondations des maisons, ou comme ornement frontal de quelques barbecues de jardin.
Aujourd’hui, toute violence a disparu et le chant des batailles s’est évanoui dans un lointain passé. Il ne transparaît plus que l’émotion, la beauté et la majesté du lieu. Venez, montez à la rencontre de Château Gaillard en y apportant tout l’enthousiasme et la naïveté de vos rêves d’enfant, car c’est une bien riche et belle histoire qui vous sera contée !"


Mettre en favoris  -  Recommandez ce site à un(e) ami(e)

Véronique & Frédéric FAHRER © 2010 - Tous droits réservés

Phone : 06 68 14 13 33 - E-mail : verofahrer@aol.com


Webmaster : jean-luc lobbedez